L’état bucco-dentaire et la dénutrition

On définira la dénutrition par un déséquilibre des apports énergétiques (diminution et/ou augmentation). Selon la Haute Autorité de Santé (2007), la dénutrition touche :

-4 à 10% des personnes âgées vivant à domicile

-15 à 38% des personnes vivant en institution

-Jusqu’à 70% des personnes âgées hospitalisées

Parmi les situations de risque de dénutrition spécifiques à la personne âgée, l’HAS identifie clairement les troubles bucco-dentaires : les troubles de la mastication, le mauvais état dentaire, l’appareillage mal adapté, la sécheresse de la bouche ou la candidose oro-pharyngée, l’altération du goût (pouvant être la conséquence des traitements médicamenteux). L’état de santé buccodentaire, l’alimentation et l’état de santé général sont interdépendants. L’état de santé bucco-dentaire avec ses conséquences sur la mastication, la déglutition et donc la digestion, commande le choix et la consistance des aliments que les personnes âgées fragiles vont consommer. Avaler des aliments sans les avoir mastiqués, oblige l’estomac à travailler plus, ce qui entraîne des gonflements, une fatigue ou des maux de ventre qui réduisent le plaisir contenu dans la prise du repas chez la personne âgée. Les différentes textures de l’alimentation : hachée, mixée ou molle ; ou à l’opposé : épaissie, gélifiée, sont une cause d’anorexie, de diminution de la perception des arômes et de la sécrétion salivaire. Le manque de calage de la mâchoire (par l’absence des dents postérieures) associé à ces textures pourraient contribuer à un affaiblissement des muscles masticatoires et des muscles impliqués dans la déglutition créant ainsi un lien direct avec les fausses routes. (Prêcheur I, Chevalier M. Lutte).

Le mauvais état bucco-dentaire influence donc le type de l’alimentation, favorisant les régimes pauvres en fruits, fibres et protéines, et riches en hydrates de carbone. Chez les sujets présentant un état dentaire défectueux, on observe des déficits en fer, en vitamine A, vitamine C, acide folique, thiamine et protéines. Les personnes totalement édentées ont habituellement des prises alimentaires quantitativement inférieures aux niveaux recommandés. De même, les indicateurs de la dénutrition, tels que l’indice de masse corporelle ou la perte de poids, sont corrélés avec les troubles masticatoires. Il a été montré le rôle significatif de l’édentement et du port de prothèses mal adaptées dans la perte de poids supérieure à 4%. Pour certains auteurs, les troubles nutritionnels des personnes en institution et en bonne santé sont liés aux pathologies buccales ; ils observent que le degré de démence est souvent associé à la nutrition et à l’état dentaire.

Le maintien quotidien de l’hygiène bucco-dentaire garde toute son importance dans la prévention de la dénutrition.

 

Leave a comment

Your email address will not be published.


*