La pertinence prothétique et la fausse route

La déglutition se décompose en 4 phases, mais c’est la première, la phase buccale qui nous intéresse ; que ce soit pour « avaler sa salive » ou pour déplacer le bol alimentaire vers l’œsophage. Afin que ce bol alimentaire (bolus) soit correctement expulsé par la langue vers l’arrière de la bouche, les mâchoires doivent entrer en contact par le biais des dents naturelles et/ou artificielles (des prothèses). Cette occlusion dentaire doit être stable, avec un maximum de contacts . Les prothèses dentaires qui remplacent principalement les édentements postérieurs font donc office de calage postérieur. La mandibule se bloque à un certain niveau par rapport au maxillaire, déterminant ainsi la DVO (dimension verticale d’occlusion qui correspond à la hauteur de l’étage inférieur de la face, dents serrées). La position de cette mandibule détermine aussi le degré d’élévation correct de l’os hyoïde et du larynx, assurant une parfaite étanchéité des voies aériennes supérieures. C’est l’insuffisance d’étanchéité du larynx lors de la déglutition qui va augmenter le risque de fausse route.

    Il est donc hautement recommandé de maintenir le port des prothèses dentaires le plus longtemps possible, d’en assurer la maintenance (rebasage, réparation, adjonction si nécessaire) et la propreté (nettoyage quotidien et biannuellement par un professionnel)

Le lien entre la posture cervicale, la tenue de la tête et de la mandibule (mâchoire inférieure) paraissant évident, installer correctement la personne qui mange, devient essentiel ! Pour éviter les fausses-routes, la tête doit toujours être penchée vers l’avant.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*